L’astrologie au service du développement personnel

Les saisons et les planètes

fleursdecerisier.jpg

Chaque saison a sa spécificité et le travail qui peut être fait avec chacune est intéressant. Par « travail », on veut dire qu’il s’agit de se mettre au diapason intérieur de ce qui est en train de se passer dans la nature, nous avons déjà parlé…

Mais les planètes sont aussi à mettre en rapport avec les saisons, c’est ce point que nous allons éclaircir aujourd’hui :

Jupiter est une planète de l’expansion, sa temporalité favorite est l’été où tout dans la nature explose et se déploie. Jupiter amène les processus à maturation et de ce fait, agit comme un accélérateur

Saturne est une planète de la rigueur et du triage, évidemment, elle s’apparente à l’hiver et à un long travail d’élagage qui doit préluder à une profonde transformation. On enlève les rameaux morts, et c’est ce geste symbolique qui permettra que le nouveau, le vigoureux prenne la place de l’ancien

Comprendre le rôle que jouent les planètes permet de saisir comment elles agissent factuellement, notamment dans le cadre des transits

Mars est apparenté aux énergies du commencement, c’est-à-dire au printemps. Tout ce qui n’a pas de précédent, tout ce qui vient de naître a quelque chose de l’énergie martienne.

Vénus serait plus assimilée à l’automne dans la mesure où elle récolte les fruits acquis, mais n’initie rien de neuf. Elle s’installe dans la douceur des choses, et en retire les bienfaits. Vénus est la planète qui pourrait symboliser les moissons

Mercure n’a aucune particularité propre, n’ayant pas de tonalité sinon par imitation de son entourage

Le Soleil et La Lune rythment la vie biologique du corps et ne sont donc pas apparentés à une saison, ils symbolisent plus généralement une sorte d’alternance primordiale qui est la loi dans laquelle s’exprime l’incarnation

Les Trans-saturniennes n’appartiennent pas non plus à une temporalité spécifique, comme elles sont précisément là pour annihiler les structures classiques qui ordonnent la vie humaine.

Ainsi,

Uranus est la planète de l’urgence et de l’instantané

Neptune incarne l’éternité

et Pluton, la figure du recommencement dans l’existence, associée à celle de la regénération.

 

En résumé, chaque saison a une planète qui lui est propre, et considérer un thème de cette manière permet de voir les affinités d’une personne avec une période de l’année mais également de comprendre comment il s’équilibre au sein de grand tout…

 

28 février, 2009 à 0:22 | Commentaires (0) | Permalien


Le Taureau : révélations…

taureau.jpg

 

En voilà un qui n’a pas l’air content…

Mais voilà, les taureaux sont les êtres les plus gentils de la création, sauf quand on les agace…

Pourquoi?

Un taureau a énormément de mémoire, de ce fait, si on le blesse, il est rancunier et n’oublie jamais rien (même 200 ans après)

Un taureau est très lent à se mettre en colère, mais quand il est en colère, il ne va non plus être pressé de se calmer et de passer l’éponge…

Donc, premier conseil, pour être proche d’un taureau, sachez faire un sans faute permanent… Ce n’est pas évident, mais c’est la seule manière de tenir en mains la relation Triste

Un Taureau intègre à son rythme les informations nouvelles, mais ensuite c’est un ordinateur d’une puissance notoire, parce qu’aucune donnée n’est jamais effacée, ce qui est commode quand on fait des études : de droit, d’histoire, ou du commerce…

Dans tous les cas, le taureau est solide et fiable…

Un Taureau est très tendre (sauf qu’il faut les apprivoiser longtemps avant qu’ils s’y mettent Langue) et très fidèle. Mais attention, ils sont aussi très jaloux, si on les trompe, ils ne vous le pardonneront pas (facilement? ou du tout?)

Leur devise pourrait être :

je pardonne mais je châtie…

ooops… Mieux vaut ici s’engager sur du long terme et ne pas chercher à les mener en bâteau, car sous des allures toutes douces, conciliantes et naïves,

ils ont de bonnes cornes

si l’on croit le dessin explicatif en tout cas…

 

26 février, 2009 à 14:25 | Commentaires (0) | Permalien


Les cycles planétaires…

ldd51.gif

Les planètes semblent parfois faire de jolis arc en ciel dans les ultra violets…

Dane Rudhyar a parlé avec beaucoup d’intelligence des cycles des planètes : le cycle est le fait qu’une planète part de sa position originelle (par exemple sur un thème natal) puis parcourt dans un temps déterminé toute une boucle qui culmine avec une opposition jusqu’à retrouver le point de départ – ceci après un temps déterminé.

La lune fait le tour du thème en presque 28 jours

Et à l’autre bout, pluton met environ 248 ans à accomplir le même périple.

La notion de cycle est très importante car elle décrit un mouvement en 4 temps :

1) le commencement d’un cycle rend à la planète son impulsion originaire, mais en même temps, lorsqu’un cycle a déjà été parcourue, il va s’agir de donner un sens nouveau aux expériences du circuit précédent.

2) Lorsque la planète arrive au quart de son parcours, on dit qu’elle est au carré croissant de la position natale, là arrivent en général les crises et le besoin de rompre avec ce qui précède.

3) Ensuite, la planète arrive à l’opposition de sa position natale (c’est la Pleine Lune pour la lune), c’est le moment où tous les efforts et les projets peuvent devenir concrets et atteindre une réalisation et/ou une réussite

4) Avec le carrré décroissant à sa position natale, la planète nous pousse à une reformulation des buts ou du positionnement

Ce qui est intéressant, c’est de lire les transits à travers cette grille de lecture et non pas de les prendre comme des évènements isolés.

Il y a en effet, un processus de maturation et de conscientisation qui s’accomplit à leur travers, et sur une durée précise, définie par le cycle en son entier.

Ainsi, le génie de Dane Rudhyar a vraiment été de prendre le « pattern » (la structure modélisante) de la lune et de l’appliquer à toutes les autres planètes…

21 février, 2009 à 19:34 | Commentaires (0) | Permalien


Peut on prévoir la mort en astrologie?

mort.jpg

En voilà une question angoissante !

La réponse ne l’est pas moins. Car d’une certaine manière, oui on le peut.

Un astrologue verra dans un thème (ou dans ses variations annuelles qui sont appelées : révolutions solaires) un passage difficile pour un individu. Ce moment difficile, qui est ponctué soit par un accident, soit par un état de faiblesse ou par un état de fragilité en santé, sera absolument détectable pourvu qu’on ait l’heure natale exacte d’un individu.

L’issue… quant à elle dépend heureusement (ou pas) du libre arbitre de la personne, mais à deux réserves près :

1- on ne peut pas changer radicalement un cours d’existence qui a été infléchi dans une direction négative pour la personne (voir l’article sur le chemin de vie) en quelques semaines. Donc si un thème natal indique une mort probablement précoce, ce sera dès la jeunesse qu’il faudra en tenir compte

2- on n’annulera pas un évènement violent totalement : par exemple, si on doit avoir un accident, on l’aura de toute façon, mais en revanche ce qui va changer, c’est son intensité : par exemple, on peut ne pas mourir d’un accident de voiture mais bien se trouver au coeur de quelque chose qui aurait pu être fatal.

Toute la différence passe dans ce presque rien qui est décisif pour transformer ce à quoi on doit faire face…

Par contre, il y a un moyen sûr de déterminer la mort de quelqu’un, c’est de regarder dans le thème de ses proches, si on voit un impact violent dans 5 thèmes en même temps, on peut commencer de soupçonner que la personne va avoir à entrer dans les royaumes de la Claire-Lumière…

L’astrologie se fonde évidemment sur la certitude que la mort n’est qu’une étape, rejoignant ainsi les enseignements millénaires des sagesses spirituelles et courants religieux…

Mais je vous accorde que cette femme sans visage portant une faux n’a rien d’aimable… Il faudrait se demander pourquoi l’imagerie populaire a donné à la mort un tel visage…

Je vais chercher, mais si quelqu’un le sait… n’hésitez pas à réagir…

20 février, 2009 à 11:45 | Commentaires (3) | Permalien


Les signes dans tous leurs états… BELIER

blier.bmp

On voit souvent des représentations symboliques de ce signe, je me suis dit que le voir en vrai pouvait être plus évocateur… Clin doeil

Le Bélier a une caractéristique majeure : il se jette en avant. Il court, fonce, franchit les obstacles, puis ne voit pas un trou et tout à coup, tout s’arrête.

Il se retrouve au fond et regarde les autres lui passer devant.

On recommence

Le bélier sort du trou, avec à la fois moins de confiance en lui mais davantage de conscience du challenge à conquérir, il rassemble ses forces.

Signe plein d’inventivité et d’une énergie très gaie, il se remet à l’assaut de ses espoirs. Là encore, il court, dépasse tout le monde, mais faute de regarder où il met les pieds, il va retomber de la même façon…

Est-ce à dire que le bélier n’apprend pas beaucoup de ses erreurs?

En un sens, ce n’est pas faux, il va avoir beaucoup de mal à identifier le moment où tout a basculé et pourquoi.

Un Bélier, cependant, ne peut que suivre sa nature, je conseille donc de multiplier les objectifs, et de s’arranger pour que le natif voit des choses se finir et se finir bien.

Tout ce qui vient à terme et donne un résultat, même minime, le rassure et lui redonne cette précieuse confiance en lui-même dont il manque tant…

Un conseil :

Ne vous laissez jamais tromper par l’affirmation de soi et le surenchérissement d’ego que peut manifester parfois un bélier : ce n’est jamais l’expression d’un orgueil, mais toujours celui d’une insécurité et d’un besoin d’être rassuré et conforté dans sa propre valeur…

Revenons à la jolie photo : ce qui me frappe, c’est la forme des cornes, qui en fait, sont trop compliquées et trop enroulées pour servir d’arme, c’est une énergie de combat, mais avant tout de dépassement de soi qui se retourne contre elle-même : celui que le Bélier veut conquérir, c’est bel et bien lui-même…

Et vous qu’en pensez vous?

19 février, 2009 à 19:46 | Commentaires (2) | Permalien


Gandhi et la non violence

Tout le monde a entendu parler du Mahatmâs Gandhi, apôtre de la non violence… Parti d’une formation de juriste à l’époque où « les indes » étaient encore une colonie anglaise, cet homme a joué un rôle remarquable dans le processus d’indépendance de son pays

gandhi21.jpg

Nous allons ici nous intéresser à son thème astral (c’est un peu l’objet de ce blog biggrin.gif…)

Gandhi est né le 2 octobre 1869 à 7h12 à Porbandar, en Inde.

Première chose notable est l’exactitude de l’heure : les astrologues savent bien que l’Inde est une des rares cultures au monde à surveiller avec une attention redoublée les heures natales, ils s’en servent en effet pour décider des mariages et définir les grandes étapes d’une vie, aussi bien professionnelle que spirituelle.

C’est très important de se rappeler que dans cette approche, la destinée d’un individu passe le cadre d’une seule existence : convaincus de la réalité de la transmigration de l’âme au travers de différents corps, ou réincarnation, les hindous prêtent une très forte attention au karma qui pourrait résulter de tel ou tel de leurs actes.

Ainsi, ils se positionnent dans une perspective de long terme où ils n’agissent qu’en ayant conscience qu’ils devront assumer les conséquences de leurs actions, qu’elles soient positives ou néfastes.

Moralité, si on dort mal à propos de quelque chose qu’on a fait, ça risque de durer plusieurs vies !

Gandhi, par sa conjonction vénus/mars en scorpion notamment était un être dont les sens et les instincts étaient très forts, de ce fait, il a très tôt, comme on le sait, et à l’instar du Bouddha pris plaisir dans une vie très sensuelle (dès l’âge de 13 ans, ce qui paraît courant depuis Alfie emoticone)

Son saturne en sagittaire, très bien aspecté à l’axe des noeuds, indique des valeurs concrètes, appartenant au monde, mais pointant vers ailleurs, de même que son soleil en 12 montre une envie de se déployer sur un mode plus secret ou plus mystique.

Pour trancher entre les deux, il faut regarder son axe des noeuds : Avec un axe 4/10, Gandhi est un homme de valeurs traditionnelles qui doit exporter ce qu’il a acquis de structure mentale et de fiabilité pour les siens vers le monde extérieur, aussi bien dans une vie professionnelle que dans un déploiement social.

Je pense que c’est l’uranus en cancer, qui envoie un trigone vers la conjonction mars/vénus qui a agi comme un transmutateur quant à ses valeurs et lui a donné deux envies

1) celle de dépasser ses instincts très puissants

2) d’en faire un programme de vie politique : en effet, il apparait dans cette personnalité que tout ce qui est réalisé à l’extérieur, doit d’abord l’être dans le monde intérieur et le secret de son psychisme : donc toute transformation qu’il veut agir dans la société doit premièrement être faite en lui-même : d’où son cheminement spirituel qui l’a ensuite et très naturellement conduit à une réforme de la société.

Balance ascendant balance, Gandhi s’est servi de sa douceur conciliatrice extérieure pour mener son peuple à une attitude très ferme et presque plus tranchée que celles d’autres révolutionnaires…

18 février, 2009 à 10:34 | Commentaires (1) | Permalien


nouvelle lune et pleine lune

lune.jpg

Voici la pleine lune emoticone (on avait reconnu…)

Vous lirez souvent que lorsque la lune est pleine, les réactions sont particulières, exagérées et paradoxales aussi bien chez les individus que les animaux.

Les enfants sont plus nerveux, les accouchements sont provoqués, les malades sont au plus mal… bref, une exagération est dans l’air…

C’est vrai qu’astrologiquement, on sait qu’au moment de la pleine lune, on constate une suraccentuation des phénomènes

Cependant, au moment où la pleine lune intervient dans le ciel, c’est comme s’il n’y avait plus rien à faire qu’à subir les flux d’énergie, comme la mer qui se gonfle au moment où la lune, qui exerce un magnétisme sur la surface de la terre est apparente.

On peut en revanche agir au moment de la nouvelle lune : ce qui correspond au moment où elle est invisible dans le ciel, là une énergie invisible est mise en branle et on peut prendre des décisions qui interragissent avec la réalité et nous permettent de façonner notre vie…

Evidemment, le fait de prendre en compte le signe dans lequel se produit la nouvelle lune va considérablement jouer : si vous avez à votre disposition une énergie taureau, ce ne serait pas la même chose que d’avoir une énergie lion à l’intérieur de vous…

Pour les astrologues avancés, on peut également s’appuyer sur notre propre thème et ce qu’il porte en lui pour comprendre comment on perçoit une énergie zodiacale et de ce fait, devenir très réactif à ce que la lune nous donne comme possibilités…

Ce sont des vagues telluriques imperceptibles à la surface de la terre mais que notre aura humaine (comme nous sommes constitués à 80% d’eau et que la lune est en correspondance et en rapport avec cet élément) capte…

De quoi rêver sur l’interdépendance entre l’humain et son environnement…

15 février, 2009 à 19:58 | Commentaires (0) | Permalien


le chemin de vie…

ldd6.jpg

Lorsqu’on voit la terre de très haut, toutes les petites choses reprennent leur place de « petites choses »…

L’astrologie inscrit une direction dans l’existence : on part de quelque part et on va à un point précis : c’est pour cela qu’on peut lire, deviner ou prévoir – peu importe le mot qu’on emploie – les grandes étapes de la vie d’un individu.

Ces étapes d’existence sont, en revanche, complètement écrites, ce qui fait qu’on obtiendra ou pas des résultats selon qu’on s’inscrit dans la logique de notre thème natal ou qu’on va à rebours….

La connaissance de ce chemin de vie se lit dans un thème par « l’axe des noeuds lunaires », ou dit « du dragon ».

Colonne vertébrale du thème, cet axe est certainement la part la plus importance d’une nativité et dun caractère, c’est d’ailleurs aussi ce que des astrologues reconnaissent le plus rapidement chez un individu…

 

13 février, 2009 à 0:39 | Commentaires (0) | Permalien


Les interceptions…

brouillards.jpg

Phénomène d’optique dû aux stations de la terre dans son mouvement orbital, l’interception est techniquement le moment où on a l’impression qu’une planète se met à reculer au lieu de poursuivre sa marche normale en avant.

En astrologie, pour le dire en un mot, ceci se comprend comme une manifestation de retard, de blocages dans une situation ou d’inhibition dans une personnalité.

Les natifs possédant des planètes interceptées auront tendance à retourner leurs qualités planétaires contre eux-mêmes au lieu de les exprimer de façon fluide et extravertie à l’extérieur, en appliquant ce qu’ils sont à conquérir des réalisations extérieures.

C’est ce que vous trouverez dans les livres…

De mon expérience, les interceptions fonctionnent plutôt comme une interférence entre signe et maison qui fait que l’un et l’autre ne s’ajointent plus correctement et de ce fait, l’individu se sent comme dans un brouillard intérieur où ce qu’il veut atteindre n’arrive pas à se formuler tel dans la réalité et se transforme au profit de ce pour quoi les planètes sont comme « prédéterminées »

Il est très intéressant de se rendre compte de ce phénomène qui donne à penser autrement notre libre arbitre.

Les planètes interceptées semblent avoir une autonomie quant au but qu’elles poursuivent et ne pas en dévier malgré la volonté d’un individu qui se trouve, de facto, sans prise sur une part de sa vie…

Mais attention, ceci nous renvoie à la grande question de la différence (très inquiétante !!!) entre libre arbitre et déterminisme dont nous parlerons la prochaine fois…emoticone

10 février, 2009 à 9:57 | Commentaires (2) | Permalien


L’art de l’essentiel, par Dominique Loreau

photo3032.jpg

Dominique Loreau nous offre là un beau livre (encore un Sourire) sur… l’art de jeter.

Et bien, oui, jeter…

Sa théorie est la suivante : nous encombrons nos vies d’objets divers parce que nous avons peur de savoir qui nous sommes et de nous confronter avec notre caractère essentiel qui est, en somme, d’être éphémères…

Nous accumulons :

les chapeaux de la tante Berthe

les jeux vidéos qui ne fonctionnent plus ou avec lesquels on ne joue plus

les souvenirs des temps passés

les lettres qu’on relit ou pas, mais qui sont toujours en trop dans notre présent

Petits rats sur des tas d’or, celui ci se transforme en plomb à la première occasion, et nous veillons sur nos possessions avec le soin jaloux d’une mère. Ce faisant, nous râtons rendez vous après rendez vous avec nous-mêmes…

L’astrologie s’intéresse beaucoup à ce phénomène d’accumulation. Dans notre vocabulaire, on l’appelle : inertie ou passivité, et il aboutit au fait de ne pas utiliser nos potentiels pour agir et conquérir le monde mais au contraire comme une énergie détournée qui devient mortifère car nous nous en servons pour nourrir une fausse image de nous-même.

Donc, un conseil, faites un joli ménage de printemps et faites de ce livre ce qui vous donnera le courage de changer de vie (ou au moins de vider vos placards…)

8 février, 2009 à 23:37 | Commentaires (2) | Permalien


1...545556575859