L’astrologie au service du développement personnel

Vivre, mode d’emploi…

oiseau

 

Tout a l’air simple pour cet oiseau. Et pourtant, c’est l’hiver, donc pas si facile de trouver un  vermisseau… pour nous, en somme, c’est pareil. Confrontés à des difficultés, nous cherchons des solutions. Mais comme notre tendance est de vivre selon nos valeurs et nos certitudes, le danger que nous courons, c’est d’espérer toujours un autre résultat en faisant toujours les mêmes choses. Nous avons toujours la tentation en cas de problème d’essayer de comprendre ce qui s’est passé, ce qui est une démarche légitime, mais pas forcément fructueuse, en effet, il ne s’agit pas de savoir comment on est arrivé au point où on est, mais plutôt comment en sortir. il est réel que quelquefois comprendre pourquoi on se retrouve dans une situation x aide à l’analyser pour s’en échapper, mais le danger est que nous passons souvent de l’analyse justifiée de ce qui a crée la situation à la recherche d’un coupable, que ce soit nous ou d’autres ne change rien en l’occurrence. un coupable reste un coupable et n’est en rien une solution. 

Un problème ne doit pas être abordé en lui-même, mais en tant que point de passage : nous avons un problème pour aller vers autre chose que lui. Le problème doit nous indiquer des pistes de réflexions et doit nous remettre en mouvement, c’est pour cela que la recherche de culpabilité n’est pas utile, le problème c’est de devenir autre que nous étions. Nous interprétons souvent également une situation d’une façon qui nous bloque la possibilité d’aller vers le nouveau, et c’est également un souci. Il faudrait arriver à préférer trouver une solution à envisager notre positionnement, en gros mettre de côté notre ressenti pour privilégier la résolution du problème. 

La question donc essentielle que nous pose la vie quand les choses ne vont pas comme on le souhaite, c’est de savoir ce qu’on pourrait changer en nous, tout en accentuant les valeurs qui nous sont chères pour sortir de la situation, il faut savoir également que plus le temps passe, plus on se ressemble à nous-même, ou bien on s’absente, c’est normal donc d’être plus exigeant et plus intransigeant à mesure que les années passent, c’est un signe de bonne santé…

27 décembre, 2013 à 11:26 | Commentaires (0) | Permalien


Joyeux Noel

A tous…

astrologiquement, Noel correspond au solstice d’hiver et à toutes les forces enfouies qui vont renaître.

elles sont présentes dans la nature, mais tout autant à l’intérieur de noel. Ce jour de tempête dans beaucoup de régions de France peut nous faire penser à ce qui se déchaîne parfois dans notre coeur, mais qui ne fait que nous secouer sans laisser la moindre trace…

l’hiver est une saison à la fois silencieuse et secrète qui devrait nous permettre de remettre en ordre nos vies, mais bien évidemment, nous sommes portées par cette force cosmique qui commence de remonter et nous entraîne avec elle vers un sommet invisible.

que cette année vous apporte du bonheur et la sensation de mettre le pied à l’étrier vers ce que vous souhaitez le plus voir se produire…

nitya

24 décembre, 2013 à 16:11 | Commentaires (0) | Permalien


Une histoire d’amour…

J’ai eu dernièrement une jeune femme en consultation. Jolie comme un coeur, mannequin de son état, elle avait un grand amour dans la vie, son chat, Fred, un beau matou gris cendré plein de ronrons et de tendresse pour ses chagrins et ses nuits blanches. Elle l’avait élevé au biberon et il ne la quittait plus du moment où elle rentrait chez elle. Présent sans être pénible ou intrusif, joueur à ses heures, toujours constant dans l’amour qu’il lui donnait, toujours agressif avec le réveil qui sonnait.

Et voilà que cette jeune femme a rencontré un beau garçon, gentil, tolérant, plein d’humour,très amoureux, elle a commencé à découcher, et Fred à maigrir. il redoublait de câlins quand elle rentrait en coup de vent pour le nourrir, mais rien n’y faisait, elle repartait aussitôt.

Au bout d’un mois, elle est revenue une soir avec son amoureux qui sans faire attention a donné un coup de pied au chat qui le dérangeait dans son effusion.

il a poussé un cri de douleur, non parce qu’il avait mal, mais parce qu’il souffrait.

et comme elle me l’a raconté, ça a été le déclic et Bérengère s’est dit qu’elle faisait n’importe quoi. Alors, elle n’a plus découché, son chat a regrossi, mais le compagnon parfait, en a pris ombrage et ne voulait pas venir chez elle, sauf à ce qu’elle se débarrasse du chat. Et elle a refusé, trahir un amour complet pour une passade de quelqu’un qui ne la respectait pas, elle s’est dit que c’était une lourde erreur.

Elle est venue me voir pour savoir si elle avait eu raison… et moi je crois bien que oui.

Fred le chat a repris du poil de la bête et a bien accepté un autre chat, venu avec un autre compagnon, ensemble, tous les quatre, ils ont une famille… en attendant de l’agrandir.

Faîtes attention aux détails, ne vous laissez jamais dépasser dans votre coeur, personne ne doit compter plus que les gens, animaux ou êtres que vous aimiez avant une rencontre.

15 décembre, 2013 à 19:43 | Commentaires (1) | Permalien


Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions

Difficile d’imaginer un titre plus alléchant et c’est pour ça que j’ai immédiatement acheté ce livre de Virgile Stanislas Martin…

le début est enthousiasmant et après il se répète, mais je vais vous livrer quelques notes de lecture…

d’abord il pointe le fait que notre réalité est crée par nos efforts. les bouddhistes disent pareil… En gros inutile de vous plaindre que vous êtes dans une vie qui ne vous convient pas, vu que vous m’avez mise en place. En clair, nous sommes toujours réellement motivés à changer ce qui ne nous convient pas. Comme la vie n’est ni noire ni blanche, si vous ne changez rien, c’est que les avantages pour l’instant, l’emportent sur ce qui ne vous convient pas, ça ne va pas forcément durer et peut être que dans deux heures vous serez à bout et changerez tout, mais peut être pas.

en tout cas, vous valorisez votre vie et il faut comprendre pourquoi, ce qui vous y plait si consciemment vous dites que vous souhaitez autre chose.

Oui, le changement fait peur et ça peut être la peur du changement qui vous retient, mais derrière la peur du changement, il y a toujours celle de l’inconnu : perdre des avantages acquis pour entrer dans l’inconnu et donc faire un pari. Et nous, humain, on n’aime pas trop parier. On aime agir à coup sûr.

quand on est malheureux, on attend toujours que la solution vienne de quelqu’un d’autre que nous, et ça c’est très bien observé, le problème nous rend en général passif. Nous exigeons d’être sauvés.

C’est encore une façon d’avoir raison.

Bon mais la vérité est que la solution ne peut venir que de nous et en un sens, c’est positif, parce que si on était condamnés à attendre que quelqu’un vienne nous repêcher ce serait ennuyeux…

mais par contre, on vit comme si la solution venait de l’extérieur et on se rend inapte à chercher des solutions puisque ça heurte notre certitude que la solution viendra d’ailleurs… Et nous avons besoin d’être les bons en face du monde méchant ou qui ne nous comprend pas, alors nous ne sommes plus dans une recherche de solution mais de légitimation de notre problème et de rachat.

c’est très intéressant de voir comme on se complique la vie…

la situation doit nous appeler à grandir pour trouver d’autres voies, en clair, devenir une autre personne…

13 décembre, 2013 à 10:14 | Commentaires (2) | Permalien


Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

cercle-litteraire-des-am

 

Je voudrais aujourd’hui vous parler d’un livre qui m’a été recommandé par une amie très chère, parce que ce genre de livres se découvre uniquement sous le manteau, donné de main à la main pour remonter un moral défaillant de début d’hiver. Ce livre est un petit délice. On y entre tout doucement, par des lettres qui parlent de la guerre et qui parlent d’un écrivain qui ne sait ni ce qu’elle pourrait bien vivre ni écrire encore, qui ne sait pas où elle va, qui a une amie chère et rien d’autre dans la vie, qui n’a pas crée d’attaches dans la vie, sans doute parce qu’elle a besoin du romanesque, d’inviter le roman dans la vie, pour que ça lui semble plus réel. 

Et ne sommes nous pas confrontés souvent à ce problème? La vie nous semble plate, même s’il s’y passe quelque chose de désirable, tout simplement parce qu’on n’a pas eu le temps de la rêver. Mais il faut accepter à un moment, pour un petit moment, de faire n’importe quoi, que ce qu’on fait ne va nulle part, ni n’a aucun sens, il faut accepter de n’aller nulle part que de suivre une vague impression et pourquoi pas? et se donner la sensation qu’on invente quelque chose, qu’on veut un lien qui ne sert à rien, surtout arrêter de vouloir les choses comme on les prévoit ou pour combler nos manques, il faut accepter de vouloir vivre sans le souci constant de combler nos vides mais juste pour vivre et découvrir ce que la vie nous réserve. Il n’y a que de cette façon qu’on trouve ce qui est vrai pour nous, en suivant les fils que nous tend la vie, au lieu de vouloir attendre que le « bon » fil surgisse. Il faut apprendre non pas le lâcher prise, mais la réceptivité, c’est-à-dire prendre les choses pour ce qu’elles s’invitent à être dans nos vies, suivre au lieu de vouloir tout régenter.

Nous savons bien ce qui nous manque et ce que nous désirons, mais nous ne savons pas par quel chemin ça va passer qu’on obtienne ce qu’on veut, en revanche, si on veut à toutes forces imposer notre manière de voir à la vie, il est bien possible qu’elle passe à côté de nous sans rien nous donner et c’est ce que peut nous apprendre ce roman.

L’héroïne est quelqu’un qui ne sait pas où elle va, mais qui ne ment pas, qui ne se ment pas, elle essaie en tout cas d’être sincère et c’est cette sincérité, le fait d’être réellement touchée par des choses qui ne devraient pas la concerner qui fait qu’elle trouve sa voie et le sens de sa vie. 

J’espère que vous partagerez avec bonheur quelques jours en sa compagnie, elle vaut la peine d’être rencontrée parce qu’elle a beaucoup à nous transmettre…

29 novembre, 2013 à 14:29 | Commentaires (2) | Permalien


Un excellent livre

jack k

 

Difficile d’expliquer ce qui fait la différence d’un livre. Celui ci parle du bouddhisme et du bouddha, il enseigne la méditation et donne des exemples sur des gens ayant eu à passer au travers de problèmes parfois graves. Ce livre a une thématique courante aujourd’hui et son titre pourrait faire penser qu’il existe déjà (donc pas utile de publier à nouveau quelque chose sur le même thème). Et bien, c’et faux, ce livre est totalement exceptionnel, rien de ce qui s’y trouve ne peut l’être ailleurs, c’est comme si chaque mot était vivifié, porté par un cheminement, une expérience qui nous enseigne en profondeur et nous guide. Toutes les expériences qui sont rapportées nous semblent éclairantes et très nettes quant à ce qu’on peut en tirer. Bref, l’impression d’apprendre, de comprendre, d’avancer, de vaincre nos résistances intérieures est partie intégrante de ce livre. et bizarrement, c’est très compliqué de le fermer, comme un roman passionnant, on a envie de le garder avec nous comme un compagnon qui aurait encore à nous dire. Donc si vous avez besoin d’aide ou de comprendre parce que vous êtes à un stade où c’est nécessaire, c’est LUI qu’il vous faut impérativement…

28 novembre, 2013 à 8:06 | Commentaires (0) | Permalien


Chirurgie esthétique !!!

chirurgie esthétique

Ce n’est pas possible que je sois la seule à être sidérée par la laideur des femmes qui se font refaire Le visage sous prétexte de ne pas donner à voir qu’elles vieillissent.

Tous ces visages, tant de visages, aigus, travaillés, habités à force d’intelligence et de vie se retrouvent avalés par une couche de caoutchouc qui donne la sensation d’un traitement intensif de cortisone. Toutes ces femmes se retrouvent transformées en hamster lunaire, et ne réagissent pas. Ou si au contraire, guettent l’apparition du moindre signe humain pour vite, retourner faire des injections qui leur donnent le même visage rond avec les yeux perdus ou enfoncés dans de grosses joues rebondies.

Mais elles sont affreuses et se ressemblent toutes.

je conçois qu’on n’ait pas envie de vieillir, encore que pour une capricorne, ce soit déjà sujet a caution, mais pas au point de faire pire.

Nous vivons dans un drôle de monde où les peurs rendent aveugles les gens. Mais n’est ce pas pire d’être défiguré que d’avoir quelques rides? Les rides ne sont rien, et l’âge peut être splendide, mais avoir un visage déformé au prix de milliers d’euros ou de dollars parait grave.

et rien n’arrêtera l’âge, se tirer les traits du visage n’empêchera pas l’éclat doux des yeux qui vient avec le temps, comme si les années dêlavaient le regard

pourquoi ne peut on faire la paix avec le temps qui passe?

il ne nous vole rien, mais nous accomplit…

26 novembre, 2013 à 14:07 | Commentaires (2) | Permalien


Noel…

christmas-tree

Voici venir le joli temps de Noel et avec lui, l’heure des bilans et des questions… Savoir ce qu’on a fait sur une année, ce qui est positif ou négatif et souvent ce qui nous sépare de notre but. Notre but, quel est-il réellement? Souvent, nous voulons sortir de situations que nous considérons comme bloquées et qui nous pèsent. Mais ce n’est qu’un but en négatif, nous essayons d’enlever ce qui nous rend malheureux, nous essayons de tirer au clair ce qui nous plombe en inventant des solutions et des visions, mais nous peinons à voir ce qui ne fonctionne pas ou plus. Surtout nous rêvons de changements mais nous avons peur de le mettre en branle réellement, parce que changer veut dire laisser en arrière et ne plus se retourner, et la peur de faire le mauvais choix et de ne plus pouvoir faire le choix inverse nous habite.

les compteurs sont souvent en négatif, nous ne cherchons pas à acquérir ou à conquérir mais à nous défaire de problèmes qui sont récurrents et si lourds que nous ne voyons plus clair. Il faudrait avoir cette nouvelle vision qui ne consiste plus à enlever ce qui ne va pas mais à rajouter quelque chose qui va ou fonctionne de manière certaine, le travail de synergie se fera ainsi, en triant progressivement ce qui ne saurait fonctionner efficacement.

Nous sommes des êtes qui avons besoin de rêve et pour rêver, nous devons impérativement nous l’autoriser et cela implique forcément de laisser en arrière des certitudes de vie qui étaient les nôtres. Le lâcher prise, ce n’est pas de ne plus contrôler, mais de renoncer à notre définition du bonheur, du bien être, du bon couple, de la bonne éducation pour voir ce que nous rencontrons comme problème réellement. en cherchant des solutions effectives et concrètes, nous rencontrerons d’autres éléments qui vont aussi nous mettre en phase avec de nouvelles réponses à nos questions qui jusque alors n’étaient tout simplement pas dans notre champ de vision. il faut comprendre qu’on ne peut pas en réfléchissant résoudre les problèmes, ce n’est qu’en avançant au fur et à mesure et en prenant des décisions (quitte à les prendre non pas mauvaises mais temporaires) qu’on va parvenir à préciser notre juste vision du monde et ce qu’on doit atteindre concrètement.

donc avancez et tranchez tout de suite, attendre ne sert à rien. ne tranchez pas comme ça vous arrange, mais comme la situation l’exige, en tenant compte des facteurs humains, ça peut être vous, ça peut être d’autres, mais c’est à prendre en compte.

ce n’est qu’au bout d’une prise de décision que la réponse viendra, à une question que vous ne vous posez pas encore parce que votre champ de questions, à l’heure actuelle, définit les réponses que vous pouvez vous donner à vous-même.

La vérité est dans le chemin et pas dans la réflexion, c’est l’action qui permet de voir plus clair et pas l’analyse. l’analyse ne sert souvent qu’à nous conforter dans notre position et nous fait invariablement tourner avec les mêmes éléments…

 

 

 

25 novembre, 2013 à 10:24 | Commentaires (2) | Permalien


Epuisé?

J’ai déjà eu l’occasion d’aborder ce thème de la fatigue qui nous submerge. Il faut comprendre notre vie comme un tout, chaque élément a sa place et est relié aux autres de l’intérieur. Ce qui signifie que même si vous ne voyez pas comment et pourquoi, en réalité, tout se tient. De ce fait, quand une parcelle de notre vie commence de fonctionner de manière exagérée ou autonome, on se retrouve confronté à un phénomène où l’énergie qui est normalement centralisée par l’échangeur global que nous sommes, est fragilisé. Dans cette mesure, on peut dire que quelque chose dans notre vie ne parvient pas à fonctionner avec nous mais se rebelle contre nous.

Bien sûr, il faut parvenir à identifier ce que c’est et surtout mettre en oeuvre les mesures d’urgence nécessaire pour s’en débarrasser. Notre monde intérieur ne peut admettre aucune fausse note et nous sommes en fragilité à partir du moment où nous acceptons de faire une exception.

alors il faut reprendre les choses dans l’autre sens, une fatigue exagérée indique un problème non réglé dans notre vie, ce problème doit faire l’objet d’une mesure prioritaire de façon à être résolu. A partir de là, la fatigue qui en vient disparaîtra puisque nous nous remettrons en accord profond avec notre vie.

20 novembre, 2013 à 15:01 | Commentaires (0) | Permalien


Ces évènements qui nous changent

Ces évènements qui nous changent dans sagesses et équilibre de vie totoro-203x300

Nous savons tous que les solutions excellentes trouvées pour hier ne vaudront rien pour aujourd’hui et encore moins pour demain. Ce processus d’adaptation constante requis par la vie est littéralement épuisant (ou…) en tout cas, requis pour arriver à garder le cap sur le fait d’être nous-même et en même temps d’intégrer suffisamment du monde extérieur pour trouver un autre équilibre personnel. Nous avons tous tendance à pratiquer un blocage alternatif.
Soit nous essayons de ne plus changer : »j’ai toujours fait comme ça et ce n’est pas aujourd’hui que je ferai autrement »
Soit nous essayons de nier que le monde nous propose autre chose : »oui, j’ai rencontré la femme idéale, mais je suis marié avec cinq enfants donc tant pis »
L’adaptation est obligatoire. A contrario, si vous essayez de ne plus vous adapter ou de nier le monde, vous allez voir avec surprise que la vie vous représente vingt cinq fois les mêmes dilemmes jusqu’à que vous acceptiez la nouvelle donne.
L’idée, c’est que selon la position de votre lune natale, vous n’aurez pas le même genre de problèmes à gérer. Si vous avez une lune en terre ou en feu, vous risquez fort de proposer les mêmes solutions (vous même) à des situations variées. Et si vous avez une lune en air ou en eau, vous aurez au contraire tendance à vous perdre dans le renouvellement des circonstances.
Pour trouver votre propre guide, il importe donc de voir de quoi vous partez en réalité et de vous y tenir, c’est à tenir d’avoir conscience du vrai problème. Donnons un exemple par élément
Une lune en cancer aura tendance à s’adapter d’un coup à une situation alors qu’elle y aura été totalement fermée avant, ce qui fait que la malléabilité une fois la réserve passée sera à son maximum (ce qui rend très vulnérable ne fois la nouvelle situation installée, parce que rien ne dit qu’elle convienne vraiment)
Une lune en bélier se jettera en avant mais ne changera rien à sa perception profonde des choses (ce qui en fait aboutit souvent au fait de rejeter une situation au lieu de l’intégrer comme on pourrait le croire)
Une lune en capricorne fonctionnera en autarcie indépendamment du monde extérieur et s’il doit changer prendra un contrepied absolu ( ce qui n’était pas forcément nécessaire)
Une lune en verseau écoutera avec beaucoup d’intérêt un point de vue opposé au sien et sera capable de franchir un cap rapidement (mais peut être que fondamentalement ça ne lui convient pas du tout)
Nous voyons donc qu’il est important de savoir quel est notre pire travers avant de faire un grand examen de conscience :)

18 novembre, 2013 à 12:07 | Commentaires (0) | Permalien


1...34567...59