L’astrologie au service du développement personnel

» Catégorie : sagesses et équilibre de vie


Lire, écrire…

Commentaires » 0

livre.jpg

      On lit aujourd’hui beaucoup de conseils sur comment développer sa mémoire : au lieu d’en faire un exercice séparé de votre vie (en vous concentrant dix minutes sur un plateau avec vingt objets et en essayant de savoir une fois le plateau disparu ce qu’il y avait dessus ou autres exercices de ce style…) Retrouvez ce principe fondamental qu’est la VIGILANCE et dont vous parlent tous les écrits bouddhistes, chrétiens, kabbalistes et j’en passe… Voici un programme (training pour faire contemporain) en 4 temps : 

Lisez, ce que vous aimez, ce qui vous tente, ce qui vous nourrit et ce qui vous rend différent (même un livre de cuisine ou un manga peut jouer ce rôle, n’ayez aucun à priori !)   Lisez avec attention, profondeur, et surtout concentration, même un quart d’heure, mais en vous abandonnant totalement, sans pensées fugaces, à ce que vous découvrez… 

Ensuite Ecrivez dans un petit carnet ce qui vous a marqué et en quoi ça a été important pour vous Mémorisez quelques phrases de ce livre qui vous a accompagné quelques heures ou quelques jours 

En toutes choses, dites vous toujours que vous avez pour objectif d’apprendre chaque jour quelque chose de plus, ce qui vous motive pour vivre le jour suivant.    Au bout d’une semaine, vous aurez déjà l’impression d’avoir fait une expérience nouvelle et votre mémoire, stimulée par un intérêt, s’en portera bien mieux 

Vivre… mode d’emploi

Commentaires » 0

leversoleil.jpg

La grande difficulté dans l’existence, c’est toujours de savoir si on doit désirer quelque chose qu’on rêve d’obtenir, au point de mettre en jeu sa vie réelle.

C’est le désir qui fait avancer : désir d’un métier, d’un homme ou d’une femme qu’on aime, désir d’aimer, ou d’aider, quelquefois de sauver…

Comment distinguer les bons des mauvais désirs ?

Une méthode simple tirée de l’antiquité peut nous aider.

Aristote définit la Vérité ainsi, est vrai ce qui est fructueux. 

Vouloir quelque chose, c’est changer, changer pour l’obtenir. Est-on prêt à déranger l’ordre de notre vie et à se donner les moyens de ce qu’on veut atteindre ?

Si oui, il faut se mettre en mouvement et concrètement modifier des comportements, des éléments. Même si on n’atteint pas notre but, on se sera transformé et on aura acquis quelque chose qui nous aura nourri.

Comme on dit aujourd’hui : ce qui importe, c’est de sortir différent d’une expérience.

  

En tout cas, mesurez la vérité de votre désir en regardant tout ce que ça vous fait apprendre, tenter, devenir…

 

L’art de l’essentiel, par Dominique Loreau

Commentaires » 2

photo3032.jpg

Dominique Loreau nous offre là un beau livre (encore un Sourire) sur… l’art de jeter.

Et bien, oui, jeter…

Sa théorie est la suivante : nous encombrons nos vies d’objets divers parce que nous avons peur de savoir qui nous sommes et de nous confronter avec notre caractère essentiel qui est, en somme, d’être éphémères…

Nous accumulons :

les chapeaux de la tante Berthe

les jeux vidéos qui ne fonctionnent plus ou avec lesquels on ne joue plus

les souvenirs des temps passés

les lettres qu’on relit ou pas, mais qui sont toujours en trop dans notre présent

Petits rats sur des tas d’or, celui ci se transforme en plomb à la première occasion, et nous veillons sur nos possessions avec le soin jaloux d’une mère. Ce faisant, nous râtons rendez vous après rendez vous avec nous-mêmes…

L’astrologie s’intéresse beaucoup à ce phénomène d’accumulation. Dans notre vocabulaire, on l’appelle : inertie ou passivité, et il aboutit au fait de ne pas utiliser nos potentiels pour agir et conquérir le monde mais au contraire comme une énergie détournée qui devient mortifère car nous nous en servons pour nourrir une fausse image de nous-même.

Donc, un conseil, faites un joli ménage de printemps et faites de ce livre ce qui vous donnera le courage de changer de vie (ou au moins de vider vos placards…)

Commentaires » 0

horoscopotibe.jpg

Il est très intéressant d’aller voir parfois ce que nous racontent les autres traditions, et de les comparer à la nôtre : selon la cosmologie bouddhiste, le monde se serait formé à partir d’un continuum, c’est-à-dire un flux ininterrompu de particules d’espace et de temps : elles se seraient ensuite modifiées et condensées pour donner les 4 éléments que nous connaissons et toute la réalité.

On découvre astrologiquement cette réalité de l’interdépendance en se rendant compte que tous les points d’un thème sont connectés les uns aux autres, donc le feu co-existe avec l’eau et donne des tempéraments romantiques et imaginatifs mais… vifs et plein d’énergie et de projets.

L’air co-existe avec la Terre qui stabilise et concrétise, mais sans l’air, pas d’avenir, ni de mise en relation avec le reste du monde…

L’air peut se voir marier au feu, et comme l’amadou qui embrase l’univers, on voit des feux d’artifices d’un instant…

Vous avez certainement compris que « cette mise en relation » des éléments se fait notamment grâce aux aspects. Or la tradition bouddhiste nous révèle qu’à chaque élément, une temporalité particulière est accolée :

Le passé est symboliquement représenté par l’EAU

Le futur l’est par l’AIR

Le présent se différencie en deux qualités : celle des constructeurs : la TERRE et celle des perspectives : le FEU

Sortir du temps et atteindre l’absolu, c’est de comprendre que chaque temps n’est qu’un visage, qu’une transcription d’un autre…

Les bouddhistes vous disent que lorsqu’on saisit l’interdépendance, l’eternel jeu de miroirs qui ne connaît ni commencement ni fin, on saisit la nature du réel…

Sagesses d’hiver…

Commentaires » 0

ang14.gif Mais qui vaut aussi pour l’été…

Paramahansa Yogananda dans Autobiographie d’un Yogi, texte à la fois biographique et de sagesse hindoue, écit la chose suivante :

« La conscience n’existe que comme une conséquence des activités psychiques de l’être humain. De même que l’on ne peut projeter sur un écran si l’on n’a pas de film, de même qu’on ne peut agir sur le niveau de conscience. C’est donc sur le film qu’il faut agir, c’est à dire sur notre vie qui se projettera ensuite sur la conscience »

Ceci donne à réfléchir (astrologiquement) on ne peut transformer la façon de penser de quelqu’un directement, tout ce qu’on peut faire, c’est l’inviter à agir différemment, ou à réagir différemment et ainsi créer d’autres habitudes qui ensuite, influeront sur la conscience.

paramahansayogananda.jpg

Le monde suscité à l’entour de soi n’est qu’une réaction à ce qu’on est, à ce qu’on désire et à ce qu’on souhaite atteindre : rien dans les évènements ne devrait nous étonner puisque tout porte la marque de qui on est. la difficulté, c’est de se reconnaître maître et créateur de l’environnement, des évènements, des situations qu’on perçoit en premier lieu comme différentes de notre volonté, de notre intellect et de notre désir.

L’astrologie, quand elle est un travail sur soi, est justement cette capacité à se découvrir et à devenir… ensuite, maître sinon du monde, tout du moins, de nous mêmes et de notre réalité.

 

 

Sagesse japonaise…

Commentaires » 3

« un seul jour vaut plus à lui seul qu’une montagne d’or. Si vous haïssez la mort, il faut aimer la vie » Urabe Kenko, Tsurezuregusa

Nous sommes nombreux aujourd’hui à nous référer au zen, forme bouddhiste propre au Japon. Il est très important de le comprendre à travers son approche du temps : l’instant EST éternité. Or on retrouve la même analyse en astrologie…

- L’instant est un commencement absolu potentiel : vous avez agi jusqu’à maintenant d’une manière x, vous pouvez décider d’entamer une autre histoire qui racontera qui vous êtes et votre vie autrement.

- L’instant installe dans l’éternité et nous fait échapper au déroulement temporel : ce qui nous épuise, ce n’est pas la répétition des tâches, ni le côté morne de notre existence, c’est l’absence de sens et la sensation d’enfermement qu’on y associe inconsciemment : au lieu de vivre chaque chose pour ce qu’elle est, on espère toujours fuir le moment présent pour atteindre des refuges imaginaires qui briseront le cours réel de notre vie.

Or, aucune vacances, aucune princesse ni prince charmant, aucune rencontre fabuleuse ni proposition professionnelle incroyable ne nous délivreront de la charge « temporelle » qu’est notre vie : ce que ça signifie, c’est que le moment d’être heureux ne vient pas avec le but mais dans le chemin qui y mène, qui est justement la consitution de ce but.

C’est maintenant qu’il faut aimer notre vie, dans toute sa banalité, le message du zen nous révèle que c’est dans son coeur et sa répétition que l’éternité nous fait signe pour nous attirer au delà du temps.

 L’instant, enfin, est le seul temps dont on peut faire usage, il nous pèse par comparaison, par anticipation, par regret de tout ce qu’il n’est pas. L’accepter, c’est trouver la liberté.

Ce retournement intérieur du regard est justement mis en oeuvre par le zen qui nous travaille sur le dépouillement extérieur et nous ramène à notre intériorité.

L’astrologie a la même approche : se recentrer sur qui on est pour mieux s’ancrer dans notre vie et ne plus être le jouet des évènements extérieurs…

Ainsi, l’astrologie bien comprise est un réel chemin de sagesse et de transformation de soi… Langue

Pensez y la prochaine fois que faire la lessive vous semble banal…

Sagesses d’ailleurs…

Commentaires » 0

En japonais, il y a un caractère dont il n’y pas d’équivalent en Français mais qui sera très évocateur aux astrologues que nous sommes…

C’est par l’intéraction du « in », l’origine immédiate et de « en » l’origine indirecte que les choses arrivent à l’existence.

Nous pourrions comparer cela à un thème natal (le « in ») et aux évenements astraux qu’il connaît (le « en ») qui fait que les promesses d’une nativité se réalisent au fur et à mesure de l’existence.

Ce mot japonais « en » signifie que si quelque chose n’est pas pré-relié dans une vie, on pourra le frôler sans que rien ne se passe : si c’est quelqu’un, on n’entrera jamais en relation avec lui, si c’est quelque chose, on n’arrivera jamais à l’obtenir.

Au contraire, si le « en » relie deux choses, alors quoiqu’il se passe, ils se retrouveront, cela ramène à une sorte de notion chrétienne de prédestination, mais la vision japonaise met cela plus au niveau d’un champ de forces à la fois concret et spirituel…

La pré-existence de ce lien qui nous unit en fait à ce qui est essentiel pour nous est précisément ce qu’on appelle d’un mot inquiétant qui est la destinée.

emoticone et si vous voulez en savoir plus sur ce thème, allez donc lire un manga incroyable qui s’appelle KIMI WA PET  et qui en fait, n’a rien de très sage Embarasse

1...1415161718