L’astrologie au service du développement personnel

Le secret…

Le secret... dans A l'école de Harry Potter lune Nous avons tous l’impression d’être au centre « du monde », c’est-à-dire que les évènements reviennent vers nous de manière intentionnelle, comme si quelque chose les animaient. nous avons tous fait le raisonnement selon lequel, si telle chose ne s’était pas produite, alors telle autre non plus ne se serait pas manifestée, et ainsi de suite jusqu’au jour d’aujourd’hui où la coïncidence fabuleuse qui nous arrive peut se produire. Nous reconstruisons, tressons du sens à partir des faits qui ont l’air (pour quelqu’un d’autre) d’être décousus. cette relecture du réel correspond déjà à une certitude intérieure, à savoir que nous sommes ireductiblement un ego, c’est-à-dire une personne à part entière pour laquelle des évènements particuliers (s’inscrivant dans sa perception de sa propre histoire) créent une identité, cer d’une certaine façon, nous sommes ce support invisible auquel il est arrivé tout un tas d’évènements marquants. Mais là où les choses deviennent troublantes, c’est que 2 personnes qui se trouvent prise dans le même évènement peuvent y voir un sens radicalement différent et pourtant totalement signifiant pour chacune. Le secret est que chacun est le centre absolu de son existence, certes, mais également du monde. nous sommes tous des univers qui entrecroisons ceux des autres et dont la ligne de sens et de force a une prééminence par rapport à d’autres. rien n’est neutre en somme. ce qu’il faut comprendre, c’est que ce qui est arbitraire, c’est que nous soyions Marie B. ou jean Pierre T., mais pour le reste, le monde entier s’ordonne pour nous mener à nous-mêmes et nourrire cette structure que nous sommes. Loin d’être nivellé, le monde est tout entier fait d’évènements singuliers de la plus haute importance. chaque moment est unique et trouve sa force dans le fait de l’être totalement. Il est donc essentiel pour découvrir qui on est de comprendre que chaque évènement vient à nous pour une raison spécifique avec la nécessité de nous transformer, aussi difficile que ça puisse parfois paraître, c’est la seule manière de nous rapprocher de notre nature réelle et de notre identité. Les évènements ont ainsi un caractère révélateur et catharsis sur l’être humain. bien loin d’être une entité stable qui traversons des évènements, nous attirons ce qui nous est nécessaire compte tenu de notre désir « d’avancer » pour se déployer. Cette dimension ne se joue ni dans le conscient ni dans l’inconscient, mais dans une sorte de réalité vibratoire de l’être humain, ce qui faisait dire à des sages hindous qu’on ne meurt que lorsqu’on l’a décidé. Ce qui est, pour nous, occidentaux, avec notre facçon de comprendre les choses comme des décisions et des faits personnels, impossible à saisir. c’est une sorte de conciliabule entre nous et l’univers qui ne peut nous donner que notre « vraie » place, encore faut-il que nous soyons d’accords pour la prendre, et donc devenir celui ou celle qui nous avons à être.

12 janvier, 2013 à 10:11


Laisser un commentaire