L’astrologie au service du développement personnel

Planètes…

planet1.jpg

Quand on lève la tête la nuit, sous le ciel étoilé, on est bien loin de s’imaginer tout ce que les astrologues en retirent… D’abord les étoiles fixes qui sont comme les piliers du ciel, parce qu’elles ne se déplacent pas, mais sont visibles ou invisibles à l’œil nu, selon qu’elles culminent, se lèvent ou se couchent. Ces étoiles marquent un caractère, une destinée de leur empreinte. Quand elles apparaissent dans un thème natal (c’est-à-dire dans la bande zodiacale symbolique qui permet les calculs) elles peuvent à elles seules expliquer le ou les points clefs de sa destinée et de son caractère. Les planètes sont quant à elles, des « étoiles errantes », elles ne suivent pas la trajectoire des étoiles fixes, mais ont une autonomie et suivent leur propre trajectoire. Chaque planète est remarquable par le mouvement qui est le sien, comme par les angles (aspects) que cela crée dans un thème. Très rapidement, un système de correspondance symbolique s’est mis en place : nous avons recrée un ciel à notre manière, sur terre. Il y a 7 planètes sacrées, et il y a 7 jours de la semaine, d’ailleurs, chaque jour correspond à une planète. Dans l’astrologie chinoise ancienne, on ne reconnaissait que 5 planètes, et de ce fait, on pouvait les associer aux 5 éléments (Terre : Saturne, eau : Mercure, bois : Jupiter, feu : Mars,  métal : Vénus) en effet, les deux luminaires : Soleil et Lune ont un rapport particulier aux êtres humains, puisqu’ils régentent le cycle du jour et de la nuit.

Ce qui est frappant en astrologie, c’est le lien entre le symbolisme et la vie concrète dans laquelle nous vivons chaque jour. Jacob Boehme, dans son livre, La signature des choses, explique tout le système de correspondance présent dans le monde. Chaque métal, arbre, sentiment, parfum, heure du jour et de la nuit, planète, tout est un continuum dans lequel s’inscrit l’homme et une sorte de clavier symbolique sur lequel il peut jouer pour actionner le cosmos. L’homme serait ainsi un pont entre deux dimensions : celle du monde naturel dont son corps est l’enfant et qui régit sa vie au niveau animal et celle du monde surnaturel dont son esprit peut se rendre maitre s’il arrive à respecter les lois cosmiques.  

26 juin, 2011 à 12:23


Laisser un commentaire