L’astrologie au service du développement personnel

Le sceau de la transmission

templekyoto.jpg« Le moine Ten-no étudiait depuis neuf années sous la houlette de son maître, nan-Hin. Ce jour-là, il décida d’aller réclamer le « sceau de la transmission » qui l’introniserait à son tour maître zen. Comme il pleuvait, il prit ses sabots de bois et se munit d’un parapluie. Nan Hin l’accueillit avec sa bonté coutumière :

- je suppose, dit-il en souriant que tu as laissé tes sabots de bois et ton parapluie à l’entrée !

- Bien entendu, Maître, répondit Ten-no, je n’allais pas salir l’intérieur du temple !

- C’est bien, dit le maître, et tu as posé ton parapluie à droite ou à gauche de tes sabots?

- C’est-à-dire…, fit Ten-no, déconcerté par cette question saugrenue. Je ne sais pas, enfin, je ne me souviens plus…

Et disant ces paroles, le moine comprit qu’il n’était pas encore digne du « sceau de la transmission », car les hommes ordinaires vivent ainsi, tels des somnabules, et ne sont pas conscients d’instant en instant du monde qui les entoure. Comment approcher l’essence des choses quand on ne sait même pas voir leur apparence?

le moine Ten-no demeura l’élève de son maître six années de plus » (le Moustique, 70 histoires zen)

Ce qu’il faut en retenir, c’est que si vous voulez vous faire une vie meilleure que la normal, il faudra développer une qualité d’attention au monde environnant, et aux êtres humains qui vous approchent, elle aussi, supérieure à la normale…  

20 janvier, 2011 à 21:59


Laisser un commentaire