L’astrologie au service du développement personnel

Connais toi toi-même

socrate1.jpgOn connaît tous ce précepte de Socrate, au fronton du temple…. qui nous exhorte croit-on, à l’introspection et à une sorte d’examen de conscience très précis. A chacun de nos traits de caractère, on doit associer une vertu meilleur qui est comme l’idéal à rejoindre, une fois dépassée la forêt touffue qu’est notre nature imparfaite. En réalité, on peut comprendre tout autrement, et peut-être d’une façon beaucoup plus grecque, ce précepte… « se connaître soi-même », c’est savoir que notre nature a placé des nervures, des noeuds comme dans un bloc brut de bois ou de pierre, et que pour les tailler, on sera obligé de suivre la courbure qu’elle indique. Notre vie serait ainsi de débarasser de ses excès notre nature profonde, mais intangible et non pas perfectible. A quoi doit-on ressembler ultimement et quel serait notre modèle? en fait, nous sommes faits de manière unique et se fondre dans un moule ou un modèle prouve que nous ne sommes pas accomplis suffisamment. Etre colérique montre une insatisfaction, et en son revers, cette insatisfaction montre une volonté de perfection ou de complétude, ou l’impatience manifeste une envie de vitesse et d’accomplissement plénier. Il est essentiel de repartir de soi au lieu de perdre du temps à essayer de se gommer. Mais pour une civilisation qui a l’habitude de faire son mea culpa, c’est tout un programme !

6 décembre, 2010 à 19:03


Laisser un commentaire