L’astrologie au service du développement personnel

Déménagement et adaptation

lune.jpg Avez vous remarqué que lorsqu’on déménage, on suit en général deux phases. Pendant la première, on cherche terriblement son port d’attache en arrière, en tentant de garder nos rythmes et nos habitudes via cet autre pays, cet autre lieu, ces autres gens qu’on a connus. Et dans un second temps, c’est comme si le present avalait tout et que les nouvelles personnes et rencontres, les autres façons de vivre créent chez nous une autre manière de vivre. Psychiquement, on observe également deux phases : pendant la première, on souffre de nostalgie et de mal du pays, et lors de la seconde, on n’est pas forcément très content, mais on est totalement dans une sorte d’adequation à ce qu’on vit, comme si notre adaptabilité nous demandait une concentration superieure. ces deux moments nous transforment, en faisant de nous une autre personne au bout de quelques années. Changer d’endroit nous fait ainsi forcement passer par différentes facettes de notre personnalite et permet un murissement qui ne peut avoir lieu autrement.

C’est très interessant de s’apercevoir que les manuels de psychologie parlent du demenagement comme d’un traumatisme alors qu’en realite, si c’est une transformation qui peut etre douloureuse, c’est surtout une occasion de s’affronter a plus de choses differentes et neuves et d’eprouver ses forces autrement. Une personnalite n’ayant jamais bouge dans sa vie devenant en realite bien plus fragile que quelqu’un ayant ete capable (ou force) de faire plusieurs mutations. C’est aussi important pyschologiquement de pouvoir assigner différents lieux à différentes périodes de vie, c’est comme si spatialement on avait l’occasion de se dire que les périodes ne sont pas les mêmes – objectivement. Ca permet ainsi de se sortir de problématiques psychiques parfois d’autant plus lourdes qu’elles ne trouvent pas un ancrage dans la réalité extérieure et donc font penser aux gens qui la vivent qu’ils sont un peu fous.

Nous sommes dans un siècle et dans une société où on prête une attention extrême au fait psychologique, or, pour se sentir en paix, il est aussi nécessaire d’avoir une vie qui suggère de nouveaux défis et nous donnent autre chose à régler que nos dérives intérieures. Changer extérieurement, déménager est ainsi le meilleur antidote à beaucoup de déprimes…qui ne font en fait qu’exprimer un ennui et une volonté de commencer ou de recommencer inhérentes à l’âme humaine.

14 novembre, 2010 à 10:30


Laisser un commentaire