L’astrologie au service du développement personnel

Les jours de la semaine…

planet1.jpg Les jours de la semaine correspondent aux planètes… Mais au delà de ça, on sait tous qu’ils ont une « tonalité » qui leur est propre. Ainsi, la lenteur propre au Dimanche inquiète et agace beaucoup d’entre nous. Le Dimanche ou Jour du Soleil, est en réalité un temps d’introspection, où on doit faire le point sur nous-mêmes et notre vie, le lien au Soleil apparaît clair si on passe par l’astrologie : le Soleil est au centre de notre personnalité : savoir ce que nous voulons et nous allons, ne plus perdre d’énergie dans des projets qui une fois aboutis nous laissent insatisfaits. Tout cela est propre à la réflexion du dimanche… Comme le monde est bien fait en France, la plupart des magasins sont fermés, ce qui nous oblige à oublier (juste un instant ! la société de consommation…) Le Lundi est le jour de la Lune, ça peut sembler là encore bizarre parce que c’est le moment où on doit rentrer « dans » le monde et se réinsérer. en fait, la lune signifie en astrologie le « karma » c’est-à-dire ce qui nous oblige à assumer les conséquences de nos actes jusqu’au dernier… En fait, on retourne dans la ronde des choses matérielles, souvent avec l’impression que ça ne finira jamais d’où l’enthousiasme légendaire propre aux samedi matin… Le Mardi et le mercredi sont respectivement les jours de Mars et de Mercure, ce sont deux jours qui sont destinés à accomplir des choses dans le monde et non pas à prendre un recul. Le Jeudi, jour de Jupiter, est quant à lui, réservé à récolter les fruits du travail accompli. c’est le jour où vous pouvez faire le tour de vos messages envoyés pour voir ce qui éventuellement pourrait fonctionner. Le Vendredi jour de Vénus, annonce une détente ou l’envie de vivre bien… Et le samedi, jour de Saturne est contraire à l’idée qu’on se fait de cette planète, parce qu’il ne s’agit pas de ses restreindre, mais dans l’idéal, de remettre toutes choses à sa place, éventuellement, en faisant des achats, en rangeant sa maison et en voyant nos amis.

La nature nous indique comment vivre, l’homme moderne s’est éloigné de la vie réelle et de ce fait, comme une plante sans terre, s’étiole. Tous les mouvements de retour à la terre semblent redécouvrir l’eau chaude. Oui, nous vivons comme des machines, nous perdons nos rites et nous avons dissocié le temps de l’espace, notre corps du temps dont nous avons besoin pour créer des liens, avec nous-mêmes, les autres et notre équilibre. La technologie sensée nous libérer du poids du quotidien, nous a entraîné dans une course qui n’a aucune fin que notre propre fin. Consommer plus ne nous apporte pas le bonheur, et pourtant, chaque fois, nous nous en étonnons.

3 octobre, 2010 à 12:58


Laisser un commentaire