L’astrologie au service du développement personnel

Objets familiers et esprits amis…

littlegirlyokai.jpg

Au Japon, tout objet de plus de cent ans d’âge peut devenir un yokaï… Un Yokaï, c’est une sorte d’esprit incarné dans un monstre dont l’allure et la manière d’être explique sa raison de vivre… Il y en a des protecteurs et au contraire, des maléfiques… mais en tout cas, le souci est toujours le même : arriver à vivre en bonne intelligence avec le monde qui est vivant, c’est-à-dire grouillants de petites créatures dont il faut tenir compte.

Au-delà de cet animisme (faire des choses des parcelles de Dieu) traditionnel, ce qui est intéressant, c’est que cette approche donne une autre vision de l’interdépendance : nous vivons dans un monde dont il faut tenir compte car presque à la limite de l’invisible, il y a une dimension où les choses ne sont pas des choses mais des êtres, avec lesquels nous devons co-exister.

Prenons quelques exemples, parlons du Yokaï  Akanamé, dont le nom qui semble poétique en Français, veut en réalité dire « lèche crasse ». En fait, si on ne fait pas le ménage, akanamé va venir, et pour éviter de le voir apparaître, ce qui peut être inquiétant, il faut tout tenir bien propre chez soi… C’est un exemple amusant, parce que le fait d’être hygiénique vient d’une crainte de donner aliment à un yokaï, c’est-à-dire en fait ouvrir une porte sur l’autre monde. Une fois celle-ci ouverte, on ne sait pas exactement ce qu’il pourrait en ressortir. La frontière entre visible et invisible doit être tenue fermement marquée, faute de laisser l’étrange s’arroger une trop grande place.  Et pourtant, nous parlons ici d’astrologie… qui est elle aussi une porte entre deux royaumes… attention à son yokaï !

27 septembre, 2010 à 16:04


Laisser un commentaire