L’astrologie au service du développement personnel

Histoire de l’astrologie…

alchimie.jpg

L’astrologie n’est pas une religion. C’est le fruit d’un travail expérimental qui a plus de trois mille ans. Les astrologues babyloniens, qui sont les plus anciens connus du monde occidental, étudiaient à leur époque les étoiles pour connaître le climat : les inondations, la sécheresse, et les changements brusques du temps. De là, ils commencèrent à s’occuper des destinées royales et du pays où ils se trouvaient : les naissances des rois étaient assimilés aux destins des pays et permettaient de prévoir les guerres, les famines, les pestes… Reconnue et utilisée jusqu’au XVII ème, c’est au XVIII ème siècle avec le rationalisme, l’émergence de la notion d’individu, et le siècle des lumières que l’astrologie, pourtant bannie au rang de superstition commence paradoxalement de s’intéresser aux destins de chacun… 

L’astrologie est une « science traditionnelle initiatique» : Toutefois, comme la science scientifique, elle se construit grâce à des données astronomiques calculées et précises. A partir de là, 3000 ans d’histoire ont permis de constituer un immense corpus expérimental, inconnu en général du grand public, mais utilisé par les professionnels de l’astrologie pour analyser des caractères et établir des lignes prévisionnelles. 

Mais pourquoi est-elle une « science traditionnelle » et pas scientifique ? 

Parce qu’elle se fonde sur un symbolisme, une résonance invisible entre l’homme et des énergies cosmiques. Elle propose ainsi une approche globale de l’être humain qui échappe à la grille de lecture matérialiste de certains de nos contemporains. En conclusion, l’astrologie n’est pas une religion, mais elle est le fruit d’un héritage qui a fait ses preuves et dont chacun peut vérifier l’efficacité et l’exactitude pour décrypter des psychologies, analyser des rapports entre les êtres, et parfois même soulever un peu le voile de l’avenir… 

  

3 juillet, 2010 à 21:27


Laisser un commentaire