L’astrologie au service du développement personnel

Fleurs de Bach

bachfleurs.jpg

Les Fleurs de Bach sont bien connues de ceux qui cherchent des méthodes alternatives pour guérir des problèmes soit psychosomatiques, soit strictement psychologiques. Elles traitent les angoisses, les désespoirs, les bouffées de colère mais aussi la jalousie ou le réflexe de surprotection que certaines personnes déclenchent à l’endroit de leurs proches. 

Au nombre de 39, elles sont suffisamment précises dans leur champ d’action pour ne pas être substituables les unes aux autres. Ainsi, quand une plante du type Star of Bethléem ne fonctionne pas pour les états de chocs liés par exemple à un deuil, cela signifie que le problème majeur que l’on rencontre est à sa racine, différent. 

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est de comprendre comment elles ont un principe actif. On récolte en effet, la rosée du matin imprégnée des caractéristiques de la plante ou de l’arbre. Mais ce n’est pas sous la forme d’extraits secs mais seulement de trempage après une récolte à un moment précis de l’année. On va ainsi mettre des bourgeons de fleurs de marronniers dans une eau claire pendant une lunaison croissante ou décroissante selon le vœu thérapeutique  associé. 

Tout cela paraît hautement farfelu. Le Problème est que ça marche, pas dans la tête de trois personnes convaincues d’avance, mais à l’expérience de milliers de gens depuis quatre ou cinq générations. 

Ainsi, on peut se dire que l’énergie des rayons de lune comme celle des rayons du soleil levant font réagir dans notre organisme comme dans celui des plantes faits à majorité d’eau, une réaction qui transforme notre programmation psychique. 

L’être humain est ainsi relié à la nature, comme une partie intégrante qui ne saurait s’en rendre « maître et possesseur » faute de couper ses liens avec ses racines vitales. C’est probablement le développement d’une société hors sol, comme la culture des tomates en serres  de béton qui a multiplié les troubles psychologiques dont nos contemporains sont affectés. 

 

9 avril, 2010 à 7:47


Laisser un commentaire