L’astrologie au service du développement personnel

Graal et planètes trans-saturniennes

graal.jpg

Le graal est alternativement présenté comme un vaisseau et comme un vase. Joseph d’Arimatie aurait emprunté ce vaisseau qui, glissant peut être vers les contrées lointaines d’Hyperborée, menait au jardin des Hespérides.

Beaucoup de mythes se croisent autour du Graal…

Nous pourrions aussi le comparer à la voie maçonnique chevaleresque qui suppose un examen de soi, des veilles, des prières et des épreuves afin de découvrir quel est l’individu caché au fond de soi et que l’on doit devenir.

Tout comme dans Alice, c’est au fur et à mesure qu’on passe des épreuves, qu’on vit des expériences qu’on se rapproche de qui on est. Or, seul celui qu’on est, est capable de se mettre en route pour réaliser de façon ultime le destin pour lequel notre vie est écrite.

Ce sont de grands idéaux, mais tout comme les trans- saturniennes nous appellent à un dépassement continuel de notre individualité, qu’elle soit sociale ou idéale, une quête de la découverte de soi, s’engage ainsi.

Ancêtre de toutes les psychanalyses, le Graal nous invite à un cheminement vers l’intérieur de notre identité. Tout devient signe, et pointe vers ailleurs. Cet « ailleurs » détient à la fois l’harmonie et la clef de nous-même, qu’on contemple, comme fasciné par un mandala infini, dans notre propre thème astral…

 

30 mars, 2010 à 19:46


Laisser un commentaire