L’astrologie au service du développement personnel

Le Graal

graal1.jpg

Que cherche-ton quand on veut atteindre le GRAAL ?

C’est ce que les chevaliers de la Table Ronde, troisième table dressée par le mage Merlin, se demandent. Le Graal est une sorte de vision du paradis, et une plénitude intérieure, c’est un vaisseau qui n’appartient à aucune dimension, ni spirituelle, ni matérielle et qui permet la vision de la Vérité. Cette vérité, c’est la coupe où le Christ a laissé couler son sang, c’est-à-dire le mystère de l’alliance de l’esprit et du monde. L’incarnation christique laisse des traces dans le monde, notamment celles d’une possibilité de restauration d’un état antérieur au symbole du péché originel

Qu’est-ce que le péché originel ? Le fait d’introduire une dysharmonie à l’intérieur d’un être, le chaos étant installé, aucun but ne peut être atteint. La coupe du Graal, cheminement qui transforme autant celui qui cherche que l’objet, asymptotiquement éloigné de la quête. La quête ne trouve son accomplissement que lorsqu’on renonce à chercher, c’est là le paradoxe. Le désir qui nous meut doit mourir pour laisser place à une sorte d’état de confiance et de conscience qui transcende l’incarnation.

Contempler le Graal, c’est voir comme dans un miroir l’harmonie céleste dont nous sommes une partie, ou un écho dans le microcosme…

 

26 mars, 2010 à 11:54


Laisser un commentaire