L’astrologie au service du développement personnel

le mental fou

jardinzen.jpg

La quatrième dimension est aussi ce monde intérieur, infiniment bruissant qui nous presse de ses exigences et de ses fantaisies.

Nous partons d’un « monde objectif » qui est assez plat somme toute, mais à partir de lui, nous nous racontons une histoire complexe, faite de nos peurs, de nos désirs, de notre ego, de nos exigences, et nous entrons dans le « monde subjectif », ce monde là se superpose à l’autre de façon tellement prégnante que le monde réel disparaît.

La quatrième dimension quand elle est tronquée pourrait être cette espèce de vie en rêve qu’on vit à côté de la vie et qui nous semble détenir les clefs et expliquer la réalité, mieux que les faits eux-mêmes.

Nous ne voulons pas du monde réel qui ne dit rien de nous et n’a pas besoin de notre explication, en fin de compte, ce sont la totalité des émotions, attentes, souhaits ou rejets qui nous habitent qui deviennent plus réels que la réalité. Ce basculement dans notre propre esprit, nous coupe du monde et fait que l’on devient totalement étanche à la réalité qui peut bien se modifier sans pour autant qu’on y prête la moindre attention. Evidemment, cela est très dangereux et nous conduit souvent à la dépression et à l’épuisement nerveux.

La méditation nous ramène dans le réel et nous fait perdre de vue nos propres histoires, c’est pour cela qu’on s’endort quand on commence de pratiquer…

 

22 janvier, 2010 à 9:11


Laisser un commentaire