L’astrologie au service du développement personnel

Immortalité et astrologie

secretfleuror.jpg

L’immortalité est un problème qui a longtemps soucié les alchimistes, encore qu’on pourrait dire que la quête de la jeunesse éternelle de notre société, liftings et culte d’une forme de vitesse sans sagesse… est l’écho contemporain de cette question.

Etre immortel, c’est ne plus craindre l’impermanence, ne plus craindre non plus la souffrance physique.

Aujourd’hui la recherche de l’élixir de la fleur d’or, ou secret de l’immortalité selon les mystiques chinoises, est quelque peu tombée en désuétude…

Vouloir vivre toujours répond en fait à une aspiration que l’on a tous du fait que l’on se sent facilement immortel. L’idée que notre vie et notre conscience pourraient finir un jour nous trouble à peine, c’est irréel voir impossible. Autant a-t-on peur de la mort de ceux qu’on aime, ou de la maladie, autant la mort nous semble au fond, parfaitement impossible.

Divers mythes courent dans l’histoire ésotérique, parlons un peu du Comte de Saint Germain qui disait de lui-même avoir vécu déjà mille ans…

Ce qui est intéressant, c’est que la lucidité que donne soit l’astrologie, soit un training de méditation ou d’initiation devrait automatiquement nous permettre d’échapper aux aléas de la vie du corps.

A quoi bon en effet, être un sage et pouvoir être malade comme tout le monde ?

La maladie deviendrait une preuve que la sagesse n’est que prétendue.

On remarque tout l’inverse en réalité, la presque totalité des mystiques et des saints ont eu une existence criblée de souffrances, de maladies, quelquefois incurables et d’une violence hors du commun…

Peut-être que la dimension spirituelle faisant irruption dans la réalité corporelle crée un désordre qui n’est pas assimilable par la matière, d’où justement la récurrence de problèmes de santé chez les personnes aspirant à  une réalisation spirituelle.

Aussi, l’immortalité atteinte, si elle est bien réelle, est sans doute, celle de l’âme et non celle du corps. 

 

20 janvier, 2010 à 10:34


Laisser un commentaire