L’astrologie au service du développement personnel

Paradis perdu…

adameveparadis.jpg

Le quatrième épisode de la série « la quatrième dimension » parle d’un Star qui refuse de se voir vieillir et vivant dans la fascination d’elle-même et de son passé, finit englouti par lui… symboliquement, dans la pellicule d’un film. C’est-à-dire dans un néant d’images qui aurait dû lui donner la gloire et les grands bonheurs qu’on attend de voir s’y associer.

Quelque part, il existe un paradis perdu. C’est ce qu’on croit tous. Il y a quelque chose qui nous donnera la paix et l’amour que l’on veut retrouver : une sensation de douceur et de protection infinie.

C’est le thème biblique du fait que l’on s’est fait chasser de quelque part et que nous n’y retournerons jamais, sinon à « se racheter ». Cette idée de rachat se rapproche de celle d’efforts que l’on accomplit pour atteindre un but qui toujours s‘enfuit et de ce fait, semble infiniment hors de portée.

Ne pas vieillir, c’est avoir éternellement le droit de commettre des erreurs qui pourtant, seront effacées et ne laisseront aucune trace. On rêve tous, peu ou prou de quelque chose qui soit une ouverture infinie qui ne nous contraigne jamais et qui nous donne le droit de se tromper sans que cela constitue une hypothèque sur notre avenir.

On est tous attachés à une époque de notre vie qui est censée nous ouvrir sur une infinité de possibles… c’est cette image de nous que l’on cherche à ne pas perdre à travers le temps, tous les temps que l’on traverse.

 

12 janvier, 2010 à 16:59


Laisser un commentaire